ma note
-/5

moyenne
3.59/5

2046

nombre de notes: 1nombre de notes: 0nombre de notes: 3nombre de notes: 3nombre de notes: 5nombre de notes: 6nombre de notes: 6nombre de notes: 16nombre de notes: 23nombre de notes: 24

les avis de Cinemasie

16 critiques: 3.3/5

vos avis

71 critiques: 3.74/5



==^..^== 3.5 Musique envoûtante et film captivant.
Anel 4
Arno Ching-wan 2 Rétro, cessons !
drélium 2
El Topo 5
Elise 1 Acteurs excellents (Zhang Ziyi exceptionnelle meme), mais ennui total pendant l...
Flying Marmotte 4
François 1.75 2046 Lost Memories (and Lost Time)
Ghost Dog 4 On est de la famille
jeffy 4.5 Là où les mots ne suffisent plus.
MLF 3.5 de la nostalgie au souvenir
Ordell Robbie 4 Le Souvenir, encore...
Sonatine 1 Foutage de gueule
Tenebres83 4
Xavier Chanoine 4.5 Amour fantastique.
Yann K 4 Malgré tout, on peut aimer 2046
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Musique envoûtante et film captivant.

Rien à dire, 2046 est bien dans la lignée de In the mood for love. Musique envoûtante et histoire captivante. Les sauts dans le temps, les passages du livre et l'alternance des femmes qui sont à l'écran porte vite le spectateur à confusion et il faut vraiment s'accrocher pour ne pas perdre le fil de l'histoire. Je dois avouer ne pas y être arrivé et avoir manqué une certaine partie du film. En revanche ce que j'ai pu voir m'a séduit et je suis fermement décidé à retenter l'expérience dès que l'occasion se présentera.



30 janvier 2005
par ==^..^==




Rétro, cessons !

L'envie m'a pris de découvrir ce film sur le tard avec l'actu chargée actuellement à HK. Et, aussi, parce que Blade Runner. Novembre 2019, tout ça, et son black-out prévu en 2022 (ah oui tiens, faut aussi que j'cause de l'anime de Watanabe à l'occas'). Date périmée ? Pas si l'on continue de penser à HK, ville de référence pour BR comme pour GITS. Et qui sait si en 2022 à HK on n'aura pas un black out, hein ? QUI ?!

2046, je l'ai fini à l'agonie. Pénible, redondant, quasi auto-parodique. Ne jamais refaire ce qu'on vient de réussir, piège dans lequel tomba aussi, dans une moindre mesure, Tsui avec la prolongation The Lovers > Dans la nuit des temps. Sauf, évidemment, si on s'en cogne et qu'on veut juste faire rentrer les brouzoufs. Le goût de cendres est ici amplifié avec le temps qui a passé depuis la sortie mouvementé d'un film déjà axé sur la nostalgie. De fait, on devient partagé entre cette peur légitime de l'avenir et ce constat que rétrocession ou pas, le basculement était inévitable, voire nécessaire. Après tout, la deadline a elle-même motivé la création de purs films. On peut même d'ailleurs dire que le contexte d'énonciation de l'âge d'or du ciné HK, c'est la rétrocession. Restent nos stars, intemporelles et vaporeuses, ainsi que le concept des n° de chambre datées que j'aime beaucoup. Ca sent tout de même un peu le circuit fermé, tout ça. Le même, reconnaissons-le, que celui où l'on replonge lorsqu'on revoit des films HK 90's. J'avoue tout de même que l'emprunt dès l'intro à un excellent score de Priesner, Decision, alors écrit pour un film de son ami Kieslowski, Tu ne tueras point, que Mel Gibson ne remaka point puisque ça n'a rien à voir, n'est-ce pas, eh bien ça m'a gonflé. Et qu'au fantôme de Maggie, je préfère Maggie. Et qu'il ne fallait pas raser la moustache à Tony.  

Quant à l'apparition de la marque LG, je pense que ça n'est là qu'une signature à moitié cachée du mouvement LGBT.

18 novembre 2019
par Arno Ching-wan




2046 Lost Memories (and Lost Time)

Tout ça pour ça? Voilà maintenant quoi, cinq ans que Wong Kar-Wai est sur 2046? Cinq ans avec x remontages, des annulations ou retards dans plusieurs festivals, bref, cinq ans d'un cirque justifié par le fait que Wong Kar-Wai est un génie. Ce qui à mon avis ne justifie rien, mais mon avis face à 2046... Alors que vaut le film finalement? Au risque de me faire encore une fois reprendre, mon opinion se range aux côtés de celle du « blasphémateur » Johnnie To: Wong Kar-Wai tourne un peu trop en rond. Refaire la même chose n'est en soit pas forcément un problème, certains artistes ont refait plus ou moins la même chose pendant toute leur carrière sans que cela n'enlève rien à la qualité de l'oeuvre. Mais ici Wong Kar-Wai prend deux heures pour ne pas dire grand chose, et son fameux style visuel se fait moins captivant que par le passé. Bref, il s'est sûrement battu cinq ans pour tenter de donner un sens à des images qui n'en avaient sûrement pas.

Car avant tout, 2046 se sont des images, de la musique, des sensations, mais qui ne s'appuie finalement sur rien, comme si Wong Kar-Wai s'était laissé aller à filmer ce qu'il ressentait, un visage avec une musique, un décor, un mouvement. Mais comment organiser des sensations, des émotions, des idées? Je doute vraiment qu'il y ait réfléchi complètement avant de commencer le film. Ou bien peut-être sa création lui a échappé. Et il a ensuite tenté de lui redonner une cohérence, une histoire, mais c'était déjà trop tard, même en retournant des scènes et son cerveau. En quelques mots, au bout d'une demi heure le témoin « Décrochage!!! » commençait à clignoter, on se promène entre 2046 et 1966, Tony Leung rencontre plusieurs femmes, et écrit son roman, tout le monde parle de ses relations et de ses souvenirs. Le message d'ensemble tient en quelques lignes, mais tout est bien sûr très compliqué pour "emballer" le message, comme toujours avec Wong Kar-Wai, et il reste sa maestria visuel et son casting de stars. Et étonnement, autant In the Mood for Love avait réussi à me faire captiver par sonn ambiance malgré sa lenteur, autant ici la « formule » Wong Kar-Wai m'a paru bien vaine. Bref, c'est l'ennui pendant une partie du film, on est bien loin de la simplicité d'un Chungking Express tourné en trois semaines. Bien sûr, la plupart des plans sont superbes, Tony Leung est très bon (mais ne surprend plus), Zhang Zi-Yi n'est plus aussi agaçante comme elle a pu l'être en se répétant un peu trop dans ses derniers films, Faye Wong est également surprenante.

Mais je laisse à Yann le soin de vous vanter les mérites réels du film, et je conclurais donc en signalant que le battage fait autour du film m'a suffisamment agacé pour que cela influe évidemment mon avis dans la mauvaise direction une fois que le film eut commencé à perdre de l'intérêt. Mais j'allais voir le film en étant persuadé qu'il serait bon, voir même exceptionnel. Beaucoup le trouveront sûrement génial, comme d'autres trouvent génial tout ce qui est produit par un Tsui Hark. Sauf que 2046 n'est pas bon, le style visuel ne peut pas rattraper le scénario sûrement jamais vraiment écrit. Et quelque part le dernier plan du film avec sa publicité bien peu discrète pour une marque d'électronique grand public vient un peu confirmer que le grand show Wong Kar-Wai est maintenant autant une grosse opération marketing que l'art pur. Sur ce, je retourne à mes Johnnie To, au moins je sais que le prochain sera dans cinq mois, et pas dans cinq ans.

29 septembre 2004
par François




On est de la famille

Rares sont les cinéastes à construire, œuvre après œuvre, un univers qui leur est propre et qui fait référence avec une cohérence forçant le respect aux images, dialogues et personnages de cet univers dans chaque nouveau film. Wong Kar-Wai fait partie de ceux-là, au même titre que Lynch ou Jarmusch. Lorsqu’on rentre dans 2046 en ayant été préalablement baigné dans cet univers, on n’a donc forcément pas le même regard ni la même compréhension qu’un novice ; on ne voit pas le même film. Les thèmes des souvenirs, de la mémoire et du temps sont ici illustrés principalement à travers des références à la filmographie de Wong, ce qui est assez troublant : de redites en allusions, de sentences clés en personnages récurrents, 2046 n’est au final qu’un gigantesque puzzle un peu foutraque où l’on y pêche ce que l’on peut. Par exemple, le très émouvant fantôme de Leslie Cheung qui plane au-dessus de certaines scènes comme l’arrière du taxi (Happy Together) ou le refus catégorique de Tony d’aller plus loin dans sa relation avec Zhang Ziyi (Nos Années Sauvages). Par exemple, le culot d’appeler 2046 un film qui se déroule dans les années 1960. Par exemple, ces androïdes venus d’ailleurs dont les émotions à retardement évoquent de bien belle manière l’état d’esprit de l’âme humaine (joyeuse, triste, fataliste) lorsque les souvenirs refont surface.

Si 2046 n’est pas aussi réjouissant du point de vue sensoriel (image, son et émotions brutes) que ces précédents longs métrages, il reste un grand et beau film de par sa thématique, non renouvelée certes mais creusée plus en profondeur avec un nouveau visage, et surtout de par ses acteurs impeccables. Reste une interrogation : si Wong a mis autant de temps pour accoucher de cette œuvre, est-ce à dire qu’il a du mal à trouver l’inspiration, à l’image de son personnage principal qui reste des heures devant sa page blanche ? L’avenir nous le dira…



15 novembre 2004
par Ghost Dog




Là où les mots ne suffisent plus.

Je ne m'étendrai pas ici sur la forme du film, car il est évident que 2046 s'inscrit dans la lignée des précédentes réalisations de WONG Kar-Wai, 2046 étant sur la forme, image et son, peut-être plus proche de Happy Together que de ses autres films. Qu'il faille voir le film ne pourra même jamais être à mes yeux l'objet d'un débat, manquer un film de Wong Kar-Wai reviendrait à fermer les yeux sur ce que le cinéma peut nous offrir à la fois de plus beau et de plus sincère. Non, la vraie question qui se pose un peu partout est autre: 2046 est-il un grand film de Wong Kar-Wai? La question elle même dénoterait simplement l'incompréhension grandissante qui peut exister entre le réalisateur et une partie des critiques qui l'avaient soutenu jusque là. 2046 est un film sur la mémoire peut lire un peu partout, oui, certainement. Mais la mémoire n'a de sens que par rapport à un manque, à une absence. Et bien plus qu'un film sur le souvenir, 2046 est un film sur l'absence, ou plus précisement sur la présence liée à l'absence, sur ce vide central qui laisse tout s'organiser autour de lui. Le vrai talent de Wong Kar-Wai est de faire passer physiquement cette impression d'absence. Et cette absence a un nom: Leslie CHEUNG Kwok-Wing. Bien sûr quelques réferences explicites sont là comme autant de balises, à commencer par le lieu de l'action, un film se déroulant à l'Oriental Hotel, difficile de faire plus clair. Il y a aussi la réplique que Tony Leung donne à Gong Li autour de la la table qui est identique à celle que Leslie lui donnait donnait dans Les Cendres du temps. De même le court plan qui précède la rencontre entre Tony Leung et Carina Lau le 24 décembre 1966, qui ne peut y voir Leslie accompagné des paroles de Carina "Est-ce bien vrai ?". On comprend que Tony Leung et Faye Wong aient avoué avoir senti planer la présence de Leslie durant le tournage (Faye n'a certes jamais tourné avec lui, mais le respect qu'ils se portaient l'un à l'autre était tel qu'elle ne pouvait pas y être insensible). Et quant à faire de 2046 une suite de In the Mood for Love, c'est trop évident. Si le cadre, les personnages, la trame du récit peuvent en effet sembler en accord, le fond psychologique est fondamentalement différent. Wong Kar-Wai lui même a d'ailleurs dit que 2046 n'était pas une suite de In The Mood For Love. Forcément, car si 2046 découle d'un autre film, il n'en est en aucun cas la suite mais bien le jumeau, le miroir. Et ce film miroir n'est autre que les Cendres du temps. Tony Leung est au centre de 2046 de la même façon que Leslie Cheung était le centre des Cendres du Temps. Mais dans ce miroir dans lequel les réferences spatiales s'inversent, les liens peuvent être faits entre les personnages masculins que croisait Ouyang Feng et les personnages féminins que croise Chow Mo Wan. Et face à cette diversité mouvemente qui constitue leur vie, cette seule et unique certitude, celle d'avoir aimer une fois dans leur vie (thème partagé avec Days of Being Wild). Là où l'un impliquait les autres personnes dans l'action, l'autre les implique dans ses sentiments. Là où Leslie faisait partager la matérialité de l'argent ramassé, Tony fait partager l'intemporalité de l'instant présent. Les Cendres du Temps contenait le vin de l'oubli, 2046 le train des souvenirs immortels. Bien sûr les autres auto-citations d'autres films sont multiples, mais même là, l'articulation se fait essentiellement autour des personnages joués par Leslie Cheung (la scène du Taxi dans Happy Together, le dialogue initiale entre Leslie et Maggie dans Nos Années Sauvages). Alors s'il est clair que si 2046 peut être vu pour lui-même, c'est l'éclairage apporté par la relecture de l'oeuvre de Wong Kar-Wai qui en fait briller toutes les facettes. Est-il légitime de reprocher cela à Wong Kar-Wai? Probablement. Tout comme il est dans la nature humaine d'attendre à recevoir ce qu'elle désire, et le mirage de la justice qui est associé à toutes ces attentes. Mais il y a aussi et surtout autre chose dans la vie, quelque chose que Wong Kar-Wai tient par dessus tout à nous faire sentir, ce qu'il y a de plus difficilement partageable, que nul ne peut décider pour vous et qui pourtant ne peut être vécu qu'à travers l'autre: l'amour.

03 novembre 2004
par jeffy




de la nostalgie au souvenir

Si 2046 fait penser à beaucoup de choses tout en semblant tendre vers le néant, c’est qu’il travaille, comme souvent chez Wong Kar Waï ou dans le cinéma en général, la question de la mémoire.

Le film est esthétisant. Dire cela revient à ne rien dire. Wong Kar Waï venant de la photographie et ayant fait sa réputation sur une esthétique particulière, ce ne serait que bavardage que de parler de cette image. Esthétique mtv, esthétique originale voici un débat pour pilier de bar, car chacun convaincu de sa propre vision ne fera que débattre sans fin avec d’autres tout aussi convaincu que lui de la même chose ou d’une autre.

Le seul point important au niveau de l’esthétique (en dehors de la magnifique vignette LG) est que ce film change des autres. J’annonçais la mémoire comme sujet du film, mais plus encore, il s’agit de nostalgie. Un regard doux, presque amoureux est porté en arrière, le monde ou la chambre de 2046. Mais qu’y a t’il en arrière, quel passé nostalgique se trouve au coeur du monde de 2046 ? Pour ma part, il ne peut s’agir que de l’oiseau sans patte de Days of Being Wild que remémore par son seul timbre de voix la belle Carina Lau. Un souvenir n’est pas perdu s’il reste dans le coeur et dans l’esprit des gens.

2046, c’est un lieu sans lien avec le monde, perdu au milieu d’un souffle de sable où disparait tout en persistant un amour perdu. De cette nostalgie on veut revenir sans pour autant oublier. c’est ainsi que le cadre est hanté par un fantôme.

2046, c’est la persistance à l’image de celui qui a disparu. Le souvenir que le cinéma concerve et qui empêche dans l’image la douce Wong Faye de se fondre avec le visage de son japonais : il ne sont pas le couple parfait de Wong Kar Waï.

Faire pleurer la belle Wong Faye, Wong Kar Waï devrait presque avoir honte, si cela ne se justifiait par le projet annulé qui donna naissance à In the Mood For Love... la nostalgie d’un film qui ne s’est pas fait, le regret de ne plus avoir aucune chance de réunir à l’image de si grands acteurs. Car la femme qu’il a vraiment aimé était Maggie cheung, il le découvre en mourant et elle ne peut plus des lors appartenir qu’au songe d’un défunt.

2046, c’est aussi le pardon de l’infidélité, l’oubli de la souffrance. C’est l’abus d’alcool qui pousse Tony Leung à se remémorer dans les bras de Zhang Ziyi par un simple geste, une simple composition de cadre son amant istérique et exigeant. Il n’y a plus de fuite vers Taïpei, le désir de s’éloigner. L’amant est mort et son souvenir nous hante.

Beaucoup ne comprendront de quoi je parle et c’est bien normal. Ce n’est pas par pédantisme que j’ai choisi d’écrire cette critique ainsi. Wong Kar Waï a toujours fait de l’auto-citation, de l’autoréférence, c’est une des composantes de son rapport à la mémoire. 2046 m’apparait comme un hommage amoureux à Leslie Cheung et pour en saisir la sensation, il n’y a rien d’autre à faire que de voir les films de Wong Kar Waï dans lesquels joue Leslie.

2046 parle de nostalgie, de regrets qu’il faut abandonner pour juste se souvenir. De cette nostalgie, on veut revenir sans pour autant oublier. C’est pourquoi 2046, sans être un mauvais film, est fait lui aussi pour disparaître et ne devenir rien d’autre qu’un souvenir.



16 novembre 2004
par MLF




Le Souvenir, encore...

Avis avec SPOILERS

Redite ou remake de In the Mood for Love ce 2046? La polémique cannoise s’est trompée de débat. Car après tout même si c’était vrai il ne serait pas le premier cinéaste à retravailler certains motifs, certaines situations, à avoir une démarche proche de certains grands peintres. Même si mon goût personnel va plutôt aux filmographies diversifiées à la Scorsese qu’à la démarche d’un Ozu ou d’un Rohmer qui ont placé une bonne partie de leur carrière dans cette optique, je n’y verrais pas une raison de crier à la crise d’inspiration d’un des derniers grands de Hong Kong à peu près à la hauteur de ses grandes années.

2046 est en effet bien plus qu’un film où Wong Kar Wai chercherait à faire œuvre, à faire de Nos Années Sauvages/In the Mood for Love/2046 une trilogie. Même si l'on y retrouve un personnage du premier. Et même si un plan d’arrière de taxi du second est quasiment repris en noir et blanc (avec une moustache ajoutée à Tony Leung) pour faire le lien entre les deux films. Embrouillé le début du film comme le pensent certains ? Il est vrai que cette ouverture est déroutante car elle commence par étonner le spectateur, par lui faire perdre pied. Et que durant une bonne partie du film la narration donnera l'impression de passer du coq à l'âne. Wong Kar Wai pose pourtant dans ce début quelques-uns des grands thèmes, des motifs qu’il développera dans le film : le va et vient passé lointain (1966)/univers futuriste, le désir d’échapper à ses souvenirs, les échecs relationnels entraînant tristesse, nostalgie et mélancolie, les allers-retours temporels à l’intérieur de la vie d’un homme à femmes. Et une fois ceci posé, le film peut véritablement commencer. Sa structure narrative au premier abord embrouillée n'empêchera pas le film de déployer sa force de fascination. Tout simplement parce qu'il va commencer par progresser grâce à deux moteurs narratifs : la répétition et le contraste.

Répétition de lieux: l’hôtel et les lieux de sortie où les personnages se croisent, la chambre 2046 que Chow Mo Wan n’arrivera jamais à posséder... Répétition de plans: les multiples plans de personnages sur le toit d’un motel par exemple. Répétition de figures de style aussi: les multiples cartons y sont à la fois indicateurs de la temporalité du récit de 1966, de celle de la création littéraire et de celle du récit futuriste. Les cadrages rapprochés récurrents captent quant à eux la sensualité des pas de chaussures de femmes avec une précision fétichiste et le détail qui révèle ce qu’il peut y avoir de vraiment émouvant dans l’artifice. On peut également noter le retour des mouvements de caméra préparant l'entrée en scène des personnages. Bien loin de virer au tic de mise en scène ou à la monotonie, toutes ces répétitions finissent par donner aux motifs répétés une force propre, à la charger progressivement d’émotions. Comme si des lieux, des objets se retrouvaient porteurs de multiples émotions et souvenirs... L’emploi d’effets numériques pour les parties extérieures des scènes futuristes, le coloriage criard des scènes à l’intérieur du train, leurs images parfois écrasées contribuent quant à eux produire du contraste avec les parties au passé.

Sauf que ce contraste rend encore plus sensible au lien existant entre ces parties-là. Le jeune homme à moustache errant dans un train où il revoit ses souvenirs passés incarne ainsi un double littéraire possible de Chow Mo Wan. Le commentaire en voix off de l'écrivain évoquant cette dernière idée concernant son roman de science fiction aurait tendance à confirmer que les parties futuristes du film représenteraient des extraits de ce roman. Le retour dans le même train de toutes les anciennes conquêtes de Chow Mo Wan sous formes d’androïdes à émotions différées incarnerait alors une condensation des souvenirs dans un même lieu évoquant Proust. Et c'est cette révélation tardive qui va faire dépasser au film l'enchainement aussi fascinant qu'embrouillé de scènes mises bout à bout sur la table de montage. On se met alors à regarder tout ce qu'on a vu avant au travers du prisme de cette révélation. On pourrait n'y voir qu'un tour de passe passe permettant au cinéaste de retomber sur ses pattes sur le fil. Reste qu'il fonctionne et dépasse le simple twist: il ne s'agit pas d'un pur effet coup de théâtre recollant les morceaux narratifs mais d'un élément vecteur d'un supplément de force émotionnelle. Tout simplement parce que l’idée des émotions différées évoque la grande raison de tous les échecs amoureux de Chow Mo Wan : le fait de ne jamais être sur le même tempo émotionnel que les femmes qu’il rencontre. C’est particulièrement visible dans ses rapports avec Bai Ling. Au début, ayant vu venir un playboy qui risquerait de la blesser, elle se refuse à lui de façon parfois assez violente, fait tout pour mettre les distances avec lui, pour retarder le moment où ils coucheront ensemble. Il entreprend alors une longue cour pour la séduire. Une fois qu’ils sortent ensemble, leur relation se retrouve polluée par l’argent. Au final, une Bai Ling qui a fini par s’attacher à lui se retrouve face à un homme qui la quitte parce qu’il refuse tout engagement. Ne restent alors que les regrets lorsqu’il revoit ses anciennes conquêtes.

Quelques plans révèlent d’ailleurs que Chow Mo Wan est nostalgique de sa relation avec le personnage de Maggie Cheung, de ce moment où son tempo émotionnel était synchrone de celui de la femme qu’il désirait. Il semble de fait s’en vouloir indéfiniment d’avoir manqué cette occasion-là de se stabiliser. Ne reste alors qu’à papillonner d’une femme à l’autre pour tuer le temps mais cela ne préserve pas de la mélancolie. Mélancolie à laquelle une déréalisation encore plus grande que dans In the Mood for Love (et qui cette fois sert véritablement le film) donne sa pleine ampleur. Paradoxalement, le fait que la voix off ancre le film dans le contexte politique troublé du Hong Kong de 1966 amplifie cette impression parce qu’il rend d’autant plus grand l’écart entre ce contexte historique et les préoccupations des personnages. Ces derniers sortent en effet dans des lieux au chic aussi thirties que l’allure glamour et la moustache de Chow Mo Wan. Ces derniers ne pensent qu’à leur propre vie amoureuse. Et l’artifice est pour eux la chose la plus importante au monde. Les multiples robes de Bai Ling évoquent ainsi celles de Maggie Cheung dans In the Mood for Love. Le gant d’une flambeuse s’y retrouve chargé d’une dimension mythique. Et le choc sur le sol des talons de chaussures de femme est capté par le cinéaste dans toute sa sensualité. Personnages féminins consistants ou pas ? Peu importe tant leur beauté est dans leurs ornements, dans la manière dont la mise en scène sait maginifier leur glamour et capter l'émotion contenue dans leurs artifices. 2046, c’est donc d’abord des actrices et quelles actrices… Zhang Ziyi y passe grâce à la magie d’un grand cinéaste de garce au jeu limité à très grande actrice. Gong Li émeut et son jeu n'agace pas contrairement à certaines de ses prestation chez Yimou. Carina Lau est également très touchante tandis qu’on a plaisir à retrouver Faye Wong sous la direction du cinéaste. Et puis Maggie Cheung présente seulement dans quelques plans mais hantant tout le film.

Mais si souvenir il y a dans 2046 il est aussi cinéphile tant le score du film –qui fonctionne aussi en premières intentions- convoque entre autres une certaine grandeur passée du cinéma d’auteur européen. Peer Raben –compositeur de certains Fassbinder- compose un superbe score original. Les reprises d’un morceau de Preisner composé pour Tu ne Tueras Point et d’un morceau écrit par Delerue pour Vivement Dimanche fonctionnent très bien. La voix off pourrait prêter le flanc au reproche de facilité pour recoller les morceaux de séquences dont l'enchainement semble désordonné, sans logique narrative. Sauf qu'après tout Wong Kar Wai y avait déjà eu recours pour un autre film au tournage s'étant éternisé : Ashes of Time. En faisant du film le déploiement des souvenirs d’un homme à femmes mélancolique, elle fonctionne aussi bien que celle de ce film-là. Pas de quoi crier au liant artificiel donc si on ne l'a pas fait pour son wu xia pian éclaté. D'un autre côté, la voix off a par moments tendance à surligner des choses qui avaient été très bien exprimées par le jeu des acteurs. Mais le plus grand plaisir de 2046, c’est d’y voir Wong Kar Wai rompre avec la maîtrise trop consciente de ses effets d’In the Mood for Love. Indéniable, elle faisait néanmoins regretter ses films précédents qui savaient allier maîtrise formelle et ces accidents de tournage, ces imprévus qui peuvent parfois faire les chefs d’œuvre. Tout en ayant largué les amarres du style plus heurté de ses premiers films, la mise en scène est ainsi d’une grande liberté, faite d’expérimentations atteignant souvent leur cible. Esthétisme publicitaire comme le pensent les détracteurs du film? Ayant en partie contribué à la récupération du style In the mood for love par la publicité et le vidéoclip en travaillant pour ces derniers, Wong Kar Wai prend le risque de prêter le flanc à ce reproche. Mais lorsque les effets de signature du cinéaste reviennent dans 2046 ils ne dégagent pas une impression de pilotage automatique comme dans ses publicités et vidéoclips mais semblent au contraire revigorés, revitalisés. Et comme dit plus haut c’est l’alliance de répétitions et de contrastes à laquelle elle contribue qui donne au film son pouvoir hypnotique.

En creusant ses obsessions, Wong Kar Wai aura offert un film en forme de bilan artistique tout en se trouvant une fois de plus un second souffle. Et alors que 2046 flirte en permanence avec le naufrage artistique il s'en relève toujours sur le fil plus fort que jamais pour frapper à chaque fois en plein coeur. Sans égaler la perfection de Nos Années Sauvages, Chungking Express et Happy Together, 2046 prend ainsi sa place parmi les plus beaux films du cinéaste.

PS: La vignette LG qu'on voit dans certaines séquences a fait beaucoup parler d'elle. Certains détracteurs du film en ont même fait un détail prouvant que le film serait un long spot publicitaire et Wong Kar Wai un vendu. A la décharge de Wong Kar Wai, le tournage a dû coûter cher, dépasser le budget prévu et il fallait bien donner des gages aux sponsors ayant cofinançé 5 ans de travail. Voir ce genre de procédé digne d'un James Bond dans un film estampillé auteur peut légitimement agaçer. Mais cela vaut sans doute mieux que de voir un film où Wong Kar Wai n'aurait pas vraiment eu le final cut.



29 septembre 2004
par Ordell Robbie




Amour fantastique.

2046 n'est pas un film facile à emboîter, pas un film facile à encaisser dans la mesure où la structure temporelle n'a aucune issue. Admirable histoire de passion fusionnelle entre un écrivain et une femme de mauvaise vie (interprétée par une Zhang Ziyi proprement hallucinante de beauté) dont les relations tumultueuses qu'ils entretiennent les poussent à s'aimer et se haïr dans tous les cas.

A la structure lente, quasi ténébreuse, 2046 n'a de 2046 que le nom, dans la mesure où 80% du film se déroule dans les années 60, plus particulièrement entre 1968 et 1969. Un formidable jeu de gosse avec pour élément central le plaisir et l'amour (thème récurrent chez WKW). Les deux "colocataires" d'un vieil immeuble ostentatoire se cherchent, jouent jusqu'à tomber amoureux l'un de l'autre. Entre l'écriture de quelques lignes de son roman porno (il préfère les romans pornos, plus simples à écrire qu'un roman de sabre dit-il) Chow imagine une ville, une cité, même une époque totalement imaginaire, où les individus pourraient se retrouver : En 2046. A partir de là, ce métrage archi conceptuel prend une forme de produit purement expérimental où WKW pourrait laisser libre cours à son imagination la plus fantasque.

Les personnages féminins, d'une grâce presque troublante s'avèrent être magnifiées telle une sculpture que l'on scruterait jusque dans les moindres détails pour en extraire la pépite la plus sulfureuse. Ainsi, Zhang Ziyi nous décroche la mâchoire à plusieurs reprises de part sa sensualité et son charme divins. La courte apparition de Maggie Cheung se suffit à elle seule tant elle dégage un pouvoir surréaliste, une classe, un respect tel qu'on ne dit mot en la voyant. De même que l'aura mystérieuse se dégageant des androïdes féminins, même machine on peut y déceler le moindre soucis, le moindre désarroi de vivre constamment dans le train en direction de 2046.

Le film de WKW n'est pas un simple film comme les autres, c'est aussi une étrange et étonnante fusion entre l'image et la -formidable- musique. Ainsi, la réalisation pleine de raffinement titille la rétine plus d'une fois en jouant constamment avec les ombres, les silhouettes et même les couleurs, les textures (omniprésence du bois époque 68, contrastant fortement avec le métal et les néons du train pour 2046). L'utilisation excessive de la baisse d'image par seconde pourra rebuter au premier abord, mais on s'y fait vite, précisant quand a lieu le point de vue omniscient accompagné d'une voix off, celle de Chow, écrivain. Certes il écrit, joue aussi, mais il voit. Cependant, le récit est intriguant, mystérieux, presque pudique, comme si WKW ne voulait trop en dire. C'est ainsi que, paradoxalement, 2046 passe le plus clair de son temps à évoquer, narrer et décrire cette époque ancrée dans la fin des années 60.

Esthétique : 4.5/5 Musique : 4.5/5 Interprétation : 4.5/5 Scénario : 4.5/5



20 juin 2006
par Xavier Chanoine




Malgré tout, on peut aimer 2046

2046 est dur à aimer et facile à détester. Face à la volée de bois vert envoyée par les professionnels à Cannes comme à Pusan (ou le film faisait l'ouverture), faces aux fans comme au cinéphiles raisonnés qui crient à l’arnaque, il faut bien se rendre à l’évidence : 2046 pose problème. Même en aimant toujours ce film, on comprend parfaitement ceux qui le trouvent figé dans l’imagerie, répétitif, prostré sur des motifs. Par contre, la critique « 2046 n’est qu’une pâle copie de In the Mood for Love » est idiote. A l’heure où on vénère des suites à gogo, alors qu’on s’extasiait devant les Anges Déchus qui n’était qu’un remontage des rushes de Chungking Express, on reprocherait à Wong Kar-wai de creuser le personnage de Chow. Comme si tous les Antoine Doinel se ressemblaient. Chow a changé. Avant, Tony Leung était délaissé par les femmes. Maintenant, c’est lui qui les jette. Apres In The mood for Love, Chow est malade de frustration rentrée, de ne pas avoir touché l’objet du désir. Dans 2046, il est encore plus malade d’avoir trop goûté à ce qu’il convoitait tant et de s’apercevoir que le sentiment de vide est le même. In the mood for love était un tango a deux personnages, 2046 est une valse viennoise ou l’on passe de partenaire en partenaire, une grande boucle dansante dans trois salles, le passé le présent et le futur, des allers et retours constants, des mélanges troublants pour aboutir, finalement, à une fin exténuée, évidée de toute humanité. Chow n’arrive jamais à être dans le présent. 2046 pose encore plus clairement la question de la représentation du souvenir, c’est dire non pas du passé mais de ce qu’un homme en retient, et de l’espoir : son idée du futur. Le film est donc volontairement dans l’imagerie.

Au risque de n’être parfois fait que de vignettes et de manquer d’ambiance, de « liant » autre que la voix off, à laquelle on se raccroche trop. Elle aurait du se faire oublier en étant plus parcimonieuse. Mais cette narration protéiforme est tout de même extraordinairement inventive. Ce n’est pas un système formel sclérosé qu’on voit à l’œuvre, mais une myriade de propositions enthousiasmantes : des images en 3D naviguant entre l’art déco et le streaming internet, des cartons joueurs, le surgissement d’images d’archives (bien plus logique que dans In the mood for love), des gros plans obsessionnels, des ralentis étranges, et certains cadres bluffant. Parfois, avec ¾ de noir, Wong Kar-wai découpe son cinémascope. Les raccords sont malaisants, totalement anti-académiques. Dans les discussions en champ contre champ, il enferme parfois ses personnages dans d’étouffantes matières visuelles, noie presque les dialogues dans l’ambiance sonore. D’ailleurs peut être que Wong Kar-wai s’intéresse maintenant autant aux matières qu’aux acteurs. Il rejoint en cela David Lynch. Le risque est d’assécher, de déshumaniser leur cinéma mais déplace aussi les personnages dans un ensemble cinématographique global. Et pour donner chair au film, il y a quand même Zhang Ziyi. Chacune de ses apparitions rend le film bandant, il n’y a pas d’autre mot. Mutine, grande dame, lolita, pute, elle érotise la pellicule. La chair est belle mais le monde de 2046 est triste, d’une tristesse infinie, froide et un peu raide comme chez Kubrick, bouleversante pour qui est sensible à cette détresse toute cérébrale.

On reconnaît les ratés, les lourdeurs, les facilités d'un film mal foutu qui veut parler de beauté. On apprécie pas l’attitude hautaine, voire détestable, de Wong Kar-wai l'homme, mais on peut être profondément ému par ce qu’il essaie de dire. Car 2046 est un journal de bord, parfois comique, des cinq dernières années du réalisateur. Il se moque lui même de ses errements scénaristiques, de ses justifications fumeuses (quelle autre raison de faire des films que l’envie de s’entourer d’aussi belles femmes ?), de l’éviction de Maggie Cheung remplacée par Gong Li. Il essaie d’avouer ces choses qu’on a ressenti sans avoir pu y mettre des mots : réagir avec un « effet retardement », trouver les femmes plus belles lorsqu’elle elles pleurent, ne pas savoir pourquoi on est un @!#$, ne pas savoir comment quitter, vouloir trop avoir, ne pas vouloir de fin, refuser la deadline, ainsi cet enjeu cannois qui approche, être fébrile et alors rater le rendez-vous.



26 mai 2004
par Yann K


achat
info
actions
plus