ma note
-/5

moyenne
3.53/5

Royal Warriors

nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 2nombre de notes: 1nombre de notes: 6nombre de notes: 17nombre de notes: 9nombre de notes: 4

les avis de Cinemasie

9 critiques: 3.36/5

vos avis

30 critiques: 3.73/5



Alain 2
Anel 4
Arno Ching-wan 3.5 Michelle, ma beigne, sont des mots qui vont très bien ensemble
drélium 3 du bon fight gâché par une histoire très pénible.
François 3.5 Pas le meilleur de la série, mais un excellent polar kung-fu de plus pour la D&B
Ikari Gendo 3.5 Un bon film de kung-fu, ça ne mène pas aux réflexions métaphysiques mais ça dét...
Junta 4.5 Enorme.
Kame 3.75 Le mélange des genres frappe très fort
Ordell Robbie 2.5 Aussi réussi côté action que navrant hors action.
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Michelle, ma beigne, sont des mots qui vont très bien ensemble

Ca commence très bien avec cette histoire où 3 personnes qui ne se connaissent pas empêchent un attentat dans un avion, puis subissent la vengeance d'un complice au sol. Si ça se gâte au milieu avec cette fameuse règle du "méchant qui peut en cacher un autre" presque parodique - on a quasiment du "Die Hard with 2 vengeances", là - l'action trépidante, les chouettes cascades et une Michelle on fire - bien aidée par "Henri" Sanada - assurent le spectacle. La rareté actuelle en la matière confère aussi à l'ensemble une sacrée bouteille, il faut bien l'avouer.
Nota : le final où la warrior du titre défonce une baraque montée sur pilotis avec sa caisse anticipe étrangement celui de L'arme fatale 3. 

22 avril 2021
par Arno Ching-wan




Pas le meilleur de la série, mais un excellent polar kung-fu de plus pour la D&B

Michelle gentille pour le momentPas de surprises pour les habitués de la D&B avec Royal Warriors. Equipe de flics de différents horizons (Michelle la HKgaise et Henry le japonais), méchants sans scrupules, guignol de service pour la touche d'humour (Michael Wong), grosse bastonnade, musique années 80 bontempi. On retrouve d'ailleurs le même thème que dans le premier film ( Yes Madam !).

Niveau action, c'est un bon mélange, quelques fusillades, pas mal de kung-fu bien violent, si possible à deux contre un, c'est plus drôle. Quelques cascades en voitures (oh ça vole !), du verre brisé en veux-tu en voilà, des corps lancés contre les mur, on aime ça ! Ne parlons pas de la chute d'un immeuble qui est probablement la meilleure jamais vue au cinéma, et le combat final court mais très violent (paye ton poteau Michelle...). Quelques grands moments de cinéma d'action donc.

Michelle en mauvaise postureLe rythme est cependant un peu différent du premier film, à savoir plus régulier, avec des scènes d'action uniformément réparties tout le long du film, et donc un final moins explosif. Ensuite, on remarque que les films de la série se sont dramatisés jusqu'au numéro 3 avant de revenir à la baston pure pour le 4. Ici on passe à un ton plus sérieux aux deux tiers du film, avec un dernier tiers moins entraînant que les deux précédents. Cela ne passe pas parfaitement, car le début ne met pas en condition pour, et le scénario n'est pas assez bien écrit non plus. Cependant le film est basé sur la vengeance, et on donne de quoi à tous les protagonistes. Je ne vais pas critiquer non plus ce qui fait le charme du cinéma de HK : les revirements de ton.

Michael Wong encore tout jeuneAu niveau interprétation, Michelle Yeoh est toujours aussi charmante et naturelle, Henry Sanada impressionnant (quel jeu de jambe...) sans décrocher un sourire, Michael Wong plutôt plat (mais le rôle lui convient bien...), et les méchants sans trop d'intérêt, bien qu'ils aient pour une fois une histoire à eux (frères d'armes d'une guerre non identifiée). Quant à la réalisation d'un directeur photo réputé, elle est de bonne facture sans vraiment surprendre.

Au final, même si le film est en-deça de son excellent prédécesseur et un poil moins impressionnant que le numéro 4, c'est quand même du top niveau en matière de polar kung-fu. Ahhhh, l'époque révolue de la D&B et ses musiques bontempi... Où tout le monde savait se battre et on ruinait tous les décors. Sniff, j'en verserais presque une larme.



18 avril 2001
par François




Un bon film de kung-fu, ça ne mène pas aux réflexions métaphysiques mais ça détend !

Michelle en chemise de bucheronDes combats parfaitement orchestrés, sans câbles (ce qui pour moi permet de mieux apprécier la virtuosité des acteurs), des poursuites à fond la caisse dans les rues de HK, une destruction systématiquement de tous les objets fragiles... Bref absolument rien à redire si l'on veut voir de l'action, et la preuve s'il en était une que Michelle Yio et Henry Sanada savent se battre... Si l'on compare au premier opus ( Yes Madam !) les combats sont beaucoup mieux répartis sur l'ensemble du film. Seule le dernier combat est moins enlevé que ce qu'on était en droit d'espérer. Enfin dans le rôle de l'associé de Michelle, je préfère Henry à Cynethia Rothrock (je la trouve pas très jolie et je préfère l'air sévère de l'ami Henry, en plus il se bat comme un Dieu).

LA chute de toitOn a également le droit au bobby de service, le dragueur neuneu, le boulet au moment de l'action : j'ai nommé Michael Wong, alias Michael dans le film :). Il a un rôle de bobby, et il le fait très bien (c'est du taillé sur mesure, à se demander s'il a vraiment besoin de se forcer pour jouer)... Comment ne pas rigoler lorsqu'on le voit mettre en oeuvre ses plans dragues à deux balles, ou tout simplement gaffer au point d'être vraiment rustre ! Bien sur son jeu est moins riche que celui de Tsui Hark ou de John Sham dans le premier volet de la série, mais vraiment le bobby dragueur, c'est inoubliable !

Le scénario n'est ni très complexe ni vraiment imprévisible, mais on est là pour voir cogner, pas pour réfléchir, non ?

Henry le japonaisOn notera tout de même une touche très HK : ce n'est pas en Europe ou au States qu'on aurait vu une pauvre petite fille innocente et sa maman éclater dans une voiture piéger, ou tout au moins pas sans que les héros ne prennent d'horribles blessures (pour bien montrer qu'ils avaient tout tenté) et ne pleurent longuement avant de promettre la vengeance. Dans le même ordre d'idée, le sacrifice du pauvre Michel... On ne tue pas un héros sympathique, non mais !

Bref, pas besoin de trop réfléchir, du bon kung-fu bien impressionnant sur fond d'intrigue policière, ça fait du bien de temps en temps !



18 avril 2001
par Ikari Gendo




Enorme.

Royal Warriors, également intitulé In The Line of Duty 2 fait parti des must du genre GwG (Girls with Guns), ni plus, ni moins.

Michelle YEOH, Michael WONG Man-Tak et SANADA Hiroyuki se trouve dans le même avion lorsqu’une prise d’otage a lieu, à eux 3 ils arrivent à la stopper et mettre hors d’état de nuire les 2 preneurs d’otages en les tuant (c’est plus simple que de les faire prisonniers). Manque de bol ces 2 malfrats faisaient partis d’une bande de 4 et les 2 restants chercheront à se venger. Les différents protagonistes arrivent à bien exister grâce à un développement des personnages plus poussé qu’à l’accoutumée pour ce type de production, même les belligérants ont droit à leurs flash-backs explicatifs. Bien-sûr le tout est très naïf mais c’est ce qui fait le charme de ce genre de production, entre la petite famille de l’ex-flic japonais et Michael qui fait son Mickey pendant les ¾ du métrage ça peut être difficile à encaisser pour certains mais pour les habitués/initiés ça passera tout seul et quelques uns pourraient même verser leur petite larme ^^.

Le film tient le rythme d’un combat toutes les 10 min jusqu’à la 1ère heure, c’est incroyable. Les affrontements sont variés, bien chorégraphiés et très agréables à voir. Entre les combats, David CHUNG Chi-Man développe ses personnages de manière efficace et un humour bienvenu est toujours présent grâce à notre ami Michael Wong qui n’en fait jamais trop. Une fois la 1ère heure passé le film passe plus du côté du drame. Heureusement qu’au préalable on s’était attaché aux protagonistes sinon cette partie aurait plombé le métrage. Comme tout bon GwG qui se respecte on a droit à l’inévitable scène de boîte de nuit/restau qui va se terminer en carnage, à une maison en ruine sur les hauteurs d’HK et à un final dans une clairière. Tiens parlons en du final, c’est le seul élément qui n’est pas à la hauteur du reste, ce n’est pas qu’il soit mauvais mais juste passable. Michelle Yeoh arrive en voiture blindée complètement foireuse (on croirait celle de La Légende du Dragon Rouge…) et ne se bat que très peu. Bien que ce final soit assez violent et que quelques bonnes idées (le cercueil) viennent l’égayer c’est un peu trop léger pour un film qui jusqu’à maintenant boxé dans la catégorie des poids lourds.

A noter par contre que des petites surprises viennent égayer le film comme cette musique mélange harmonieux de bontempi (classique) et de guitares électriques, le nom des personnages joués par Michael Wong et Michelle Yeoh qui s’appellent respectivement Michael et Michelle ou encore la non présence d’un racisme primaire (souvent présent dans ces prods) alors qu’un des personnages principaux est d’origine japonaise (je pense que s’il avait été Malaysien ou Singapourien ça aurait été autre chose ^^).

Donc mis à part une fin en déça du reste on est en présence d’une grosse machine D&B bien huilée et efficace aux personnages attachants et sympathiques (spéciale dédicace à Michael qui est d’un naturel désarmant du début à la fin).



03 avril 2006
par Junta


achat
info
actions
plus