ma note
-/5

Tokyo Bordello

nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 1nombre de notes: 2nombre de notes: 2nombre de notes: 2nombre de notes: 1

les avis de Cinemasie

2 critiques: 3.38/5

vos avis

6 critiques: 3.67/5



Ordell Robbie 3 Rigueur formelle impeccable mais vision peu originale du monde des geishas.
Xavier Chanoine 3.75 Prisonnières et fausses jouisseuses
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Prisonnières et fausses jouisseuses

Avant d'être une énième excursion dans l'univers des geishas, Tokyo Bordello est une succession impressionnante de tableaux de maîtres réalisés par Gosha et son chef opérateur Morita Fujio tous deux en parfaite fusion, et ce depuis des années. Mais le travail accomplit ici, sous influences du cinéma japonais classique, témoigne d'une perfection qui laisse pantois. Dernier succès au box-office en date pour Gosha Hideo, le film a bénéficié de moyens colossaux afin de reproduire le quartier des plaisirs de Yoshiwara sous la houlette de Nishioka Yoshinobu, non sans une certaine influence européenne dans sa construction extérieure. Le film ne se déroule pas pour autant qu'en extérieur réduit qu'à un simple petit périmètre de rien du tout, les intérieurs sont les vrais éléments de la narration, labyrinthiques, étriqués, mystérieux, dont le luxe ne masque pas l'hypocrisie et la fausseté des geishas désireuses de profiter des plus faibles. La plus faible c'est bien entendu Hisano, nouvelle recrue de la maison, présentée aux trois plus influentes geishas. L'une d'entre elles va d'ailleurs très rapidement s'approprier le corps d'Hisano afin de la préparer au travail. La seule séquence torride du film est une séquence saphique filmée avec un soin tout particulier, la caméra de Morita Fujio effleurant les corps enlacés, comme si Gosha voulait nous dire que seules les femmes ne mentent pas sur ce qu'elles ressentent, car à ne pas s'y tromper, Tokyo Bordello propose une vision une nouvelle fois pessimiste de la gente masculine : les hommes tournent leur veste dès qu'une femme refuse leur avance, ils sont aussi montrés sous un angle oscillant entre la faiblesse et la lâcheté notamment dans la séquence où Kobana, l'une des grandes geishas de l'établissement, se met à péter les plombs en détruisant la chambre d'Hisano, sous le regard simplement médusé et inoffensif des messieurs.

          vlcsnap-107018.jpg

Mais cette vision réaliste du monde des geishas s'accompagne du parcours chaotique d'Hisano, femme prise pour une imbécile, débarquée simplement pour rembourser les dettes de sa famille, mais son succès légitime attire la jalousie et le mépris. Ce propos est une fois de plus doublé par cette sensation de ne pas être dans un quartier des plaisirs, mais plutôt dans une prison ou un supermarché, c'est au choix : étalées en vitrine et présentées comme on essaierait de vendre son poisson frais, les geishas ne sont que de la marchandise, du produit vendu au kilo obligé à se taire pour vivre dans une société qui n'a de l'estime que lorsqu'elles gravissent les plus hauts échelons. Mais combien arrivent à un tel niveau? Combien arrivent à se libérer des liens de leurs proxénètes, après des années de travail? Peu, et ici nous verrons qu'une ou deux geishas obtenir leur liberté. Mais ce métier est paradoxal puisque après ses premiers essais délicats, Hisano prendra plus de plaisir et trouvera une véritable signification et justification à sa "profession". Tokyo Bordello n'est pas non plus une oeuvre optimiste, le dernier plan proprement extraordinaire ruinant tout ce qui a été forgé depuis des années par Hisano, par ce temple du désir et ses propriétaires. D'une vraie beauté triste, Gosha clôt son excursion de bien belle manière.



01 avril 2008
par Xavier Chanoine


info
actions
plus
  • liens
  • série/remake
  • box office
  • récompenses
  • répliques
  • photos
  • bande annonce
  • extrait audio