ma note
-/5

moyenne
3.49/5

New Police Story

nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 1nombre de notes: 2nombre de notes: 2nombre de notes: 9nombre de notes: 12nombre de notes: 20nombre de notes: 21nombre de notes: 7

les avis de Cinemasie

12 critiques: 3/5

vos avis

62 critiques: 3.66/5



Anel 3
Archibald 2.75 Plus "New" que "Police Story"....
Arno Ching-wan 3 A trop vouloir plaire à tout le monde...
Astec 3.25 Ah ça c'est sûr !
drélium 3.25 Tout juste sympa. Si seulement ce n'était pas aussi bancal. Mais sympa quand mê...
François 2.75 Promesses compromises
Ghost Dog 3.25 Bonne intrigue et scènes spectaculaires
jeffy 2.75 La fin d'une époque
Marc G. 1 Et comme disait un célèbre troubadour : c’était mieux avant !
MLF 3.75
Ordell Robbie 2.25 Passé présent
Sid 5 Jackie au Crépuscule Magnifique
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Plus "New" que "Police Story"....

Ce qu'on peut dire à propos de New Police Story, c'est qu'il mérite plus le titre de "New" que de "Police Story". En effet même si quelques très bonnes cascades sont à féliciter, on ne retrouve pas du tout la fibre des 3 premiers épisodes (le 4ème épisode Contre-Attaque glissait déja vers ce type de film).

Les acteurs/trices sont jeunes et beaux, l'intrigue même tourne autour d'un groupe de jeunes gosses de riches en manque de sensations. Tout ceci est filmé très proprement, la photographie est très clean, le film s'ouvre d'ailleurs sur un magnifique plan de Hong-Kong. Seulement comme pour nombre de films récents à HK, la beauté plastique cache une fâdeur et un manque de créativité évidents. Rajoutez par dessus le message éstampillé "Jackie" : romance bien sage, méchants-pas-si-méchants et surtout valeurs morales honnêtes et intègres... et c'en est trop pour un seul film. On sait tous que ce genre de discours démago sape toujours le réalisme percutant d'un film d'action, à croire que Jackie est déja resté un peu trop longtemps à Hollywood. Il faut dire qu'il n'a jamais caché sa volonté de faire des films regardables par les plus jeunes et véhiculant des valeurs saines, mais on est néanmoins en droit de se demander à quel point son expérience américaine y a contribué.

Les acteurs sont assez inégaux les uns par rapport aux autres. On retient Andy On Chi-Kit qui tient dignement tête à Jackie en un-contre-un, on retient également un Daniel Wu Yin-Cho un cran en-dessus des autres mais aussi Nicholas Tse Ting-Fung, qui même s'il pêche par manque de justesse par moments, fait montre d'une sincérité dont le rôle avait besoin et qui rafraichît l'ensemble. Jackie se montre convainquant comme toujours bien qu'il nous joue un peu trop l'acteur-studio par moments. En tout cas, il a pris un sacré coup de vieux, la faute aussi à son rôle qui ne l'arrange pas physiquement et au choix déliberement commercial de s'entourer d'un casting ultra-jeune. Quant aux Boy'z qui font un petit rôle, n'en parlons pas ou uniquement pour rapeller que derrière ces guignols sans le moindre talent, s'alignent des dizaines (voire plus) de jeunes acteurs qui eux, mériteraient leur place.

Jackie en plein vol ! Les quelques combats sont bien rythmés, mais a-t-on déja vu un fight de Jackie manquer de rythme ? On ne s'étonne, à juste titre toutefois, que du fait qu'Andy On ne fasse pas honte à son aîné mais on en oublie qu'il est quand même incroyable que du haut de ses 51 ans, Jackie tiennent tête en combat au jeunot rapide et puissant qu'est Andy (celui-ci s'impossait déja brillamment dans Star Runner). Les cascades sont originales, audacieuses et souvent gigantesques et en cela constituent certainement le seul réel point commun avec les précédents opus de la saga.

En Bref, malgré (ou à cause ?) de gros moyens, New Police Story n'apporte pas grand chose. Même s'il reste un bon blockbuster d'action à l'américaine, le manque d'authenticité clairement visible malgré sa lisse facade de dollars et de belles gueules, décoit un peu....beaucoup venant d'un Police Story.



13 avril 2005
par Archibald




Ah ça c'est sûr !

Première certitude : ce New Police Story se démarque du ton des précédents épisodes de la franchise avec une tendance prononcée à aller dans le drame sans, en contrepartie, proposer les moments de pure comédie (le peu qui nous est proposé ça le fait franchement pas et il aurait sans doute mieux valu éviter, tant qu'à faire...) qui faisaient la marque du mélange des genres. Seconde certitude : le scénario n'est pas plus riche que les anciens épisodes et, ton dramatique premier degré oblige, ça en devient un défaut puisque surfait. Troisième certitude : les méchants font "tièpi" (et peu crédibles) dans leurs motivations là où les anciens ne proposaient certes pas de psychologies complexes mais savaient encaisser les coups et faire rire en même temps tout en restant des méchants dont on attendait avec impatience la juste dérouillée. Quatrième certitude : c'est techniquement mieux fignolé que les anciens. Cinquième certitude : le thème musical est pompeux et il aurait mieux valu retravailler l'ancien, à la rigueur, à l'extrême rigueur même. Sixième certitude : Andy On est le méchant le plus intéressant, le seul qui sait se battre et ses scènes avec Jackie valent le détour sans réinventer le genre. Septième certitude : Charlie Young ne sert pas à grand chose (elle ne se prend pas de gamelles comme Maggie Cheung dans les anciens) mais ce n'est pas trop grave, elle a belle allure. Huitième certitude : Jackie Chan n'est plus tout jeune et pourtant il est encore dans le coup. Neuvième certitude : dès qu'on voit Yu Ron-Guang on se dit qu'il ne lèvera même pas la jambe et c'est le cas et c'est franchement casse testicules de voir le Iron Monkey, film après film, aussi sous-utilisé niveau action (rien que pour ça Era of Vampire est justifié devant l'Histoire avec un grand h... l'histoire avec un grand H... l'histoire avec un H... bref). Dernière certitude : malgré ses défauts New Police Story est mieux que tout ce que Jackie Chan a fait depuis des années. Constat final : ben au-delà de toutes ces certitudes et bien d'autres (caméo inutiles entre autres) ça reste un film sympa.



13 décembre 2004
par Astec




Promesses compromises

Le risque principal avec New Police Story, c'est justement de ne pas prendre en considération le titre et de regarder le film avec cette fameuse nostalgie de l'âge d'or qui fait qu'on critique un film en fonction de ce qu'on aimerait qu'il soit au lieu de ce qu'il est vraiment. Ici il ne s'agit pas de Police Story 5, nous ne sommes plus en 1985, les cascadeurs ne se cassent plus en deux pour les besoins d'un film. Le fan qui se re-visionnera les deux premiers films juste avant de voir ce faux cinquième opus va au devant d'une déconvenue. New Police Story fait partie d'une autre génération, et ne cherche pas à refaire ce qui a déjà été fait, et très bien fait. Certains le regretteront, mais à quoi bon justement refaire la même chose au risque de ne pas l'égaler?

Là où les premiers Police Story jouaient la carte de la comédie d'action se terminant de manière bien nerveuse, ce nouveau traitement tente une approche autrement plus risqué: le mélange action / comédie / drame, mais en permanence, au lieu de segmenter les genres. Au lieu de faire deux tiers de comédie puis un tiers plus dramatique, ici on passe parfois d'un plan dramatique à un plan comique, puis un nouveau plan dramatique. C'est de la haute voltige, et le pire est que cela fonctionne parfois. Mais le film est hélas un peu trop souvent le derrière entre deux chaises, avec notamment une partie drame qui manque de développement. Les deux chaises pouvant être aussi les deux générations entre lesquelles le film tente de faire le pont, tant bien que mal.

On débute donc le film de manière dramatique pour bien poser les nouvelles bases: pas d'action survoltée du début à la fin, mais un Jackie Chan qui essaye aussi de jouer. L'image de Drunken Master lui colle hélas un peu trop à la peau, et on a envie de rire en le voyant tituber ivre mort dans les rues de Hong-Kong. Mais Jackie ne cherche plus à amuser la gallerie, il finit par vomir dans le caniveau, et s'affale à même le bitume. Voici l'ouverture du film, bien loin de la descente de bidonville du premier opus, n'est-ce pas? On introduit ensuite les personnages des méchants qui sont évidemment plus « tendances » que Jackie, des jeunes amateurs de jeu vidéo et des sports extrêmes. Et comme la période des cascadeurs « trompe la mort » est révolue, l'action prend une forme plus variée. On mixe en effet de l'action « humaine » à l'ancienne, même si moins dangereuse, avec des effets numériques (la descente en chute presque libre du début) et de la casse « mécanique » (la scène du bus). Les combats sont au final peu nombreux et sûrement pas aussi impressionnants que ce que Jackie a pu faire par le passé, c'est une évidence. Andy On assure une bonne partie du spectacle grâce à quelques chutes à l''ancienne, et se donne vraiment à fond face à son idole. C'est du corps à corps bien énergique avec des coups de pieds bien sympathiques. Les gunfights bénéficient du côté high-tech du film, avec des effets sonores du type « décolle papiers-peint ». Quant aux cascades, elles sont évidemment assez sécurisées, mais sympathiques (la descente en rappel notamment). La casse mécanique a du mal à rivaliser avec les budgets US (comme Terminator 3), mais Jackie apporte sa touche personnelle en se tenant sur le bus qui défonce tout sur son passage, et permet surtout une explosion de tout premier plan.

Quant à la partie comédie, c'est souvent efficace, mais sûrement pas grâce à Jackie qui s'est délibérément concentré sur la partie drame. Le film joue donc plus sur le comique de situation et sur quelques petits jeunes, comme Nic Tse ou Charlene Choi. Les caméos sont également légions et reçoivent une bonne réaction du public. La partie drame est par contre moins réussie, principalement par manque développement. Difficile de ressentir quoi que ce soit pour le personnage de Daniel Wu par exemple, son trauma étant expédié en 5 secondes chrono en main. Jackie s'en tire mieux, on ne l'a jamais vu autant pleurer, même si un peu plus d'exposition sur ses relations avec ses équipiers aurait été utile. Mais il réussit tout de même à émouvoir, ce qui est peu commun dans sa carrière (Heart of Dragon, bien sûr). Charlie Yeung hérite par contre d'un rôle assez ingrat qui ne la met pas en valeur. Quant à Benny Chan, il fait du travail léché mais sans génie. On remarque tout de même quelques idées visuelles inédite chez lui (la désaturation des couleurs après la perte des équipiers). C'est surtout l'évolution de ses scénarios qui est intéressante. Après avoir réalisé les Gen X et autre Y Cops sans saveur, Benny Chan se tourne plus en plus vers des films d'action « à valeur ajoutée », càd basés sur une histoire plus humaine et dramatique. Heroic Duo était la première étape, New Police Story est la seconde, son « Divergence » devrait plus se rapprocher du drame que d'autre chose, on peut prendre les paris. La présence écrasante d'EMG à la production est cependant un problème ici, la World Company Hong Kongaise imposant sûrement certains de ses poulains (Charlene Choi, Shine) alors qu'ils n'étaient pas nécessaires. On aimerait bien voir le premier montage de trois heures du film par curiosité, pour voir si la partie dramatique tenait mieux la route avec plus de développement. Enfin la musique est une grosse déception au niveau des scènes d'action. Elle se montre en effet plutôt convainquante pour la partie drame, mais fade et sans rythme pour la partie action.

Au final on obtient un tiers d'action nouvelle génération de qualité même si évidemment pas aussi marquante que l'action old-school (mais une génération de cascadeurs a payé le prix fort pour cela), un tiers de comédie efficace grâce à la bonne humeur du casting (avec en tête un Nic Tse très « frais »), et un gros tiers de drame assez osé dans ce genre de blockbuster. Les diverses morales véhiculées à travers cette partie à moitié réussies sont parfois un peu trop « Chanesque » (la vie est injuste, sois un homme bon...), mais ont le mérite d'exister et sont parfois assez touchantes (l'origine du personnage de Nic Tse par exemple). Bref, une fois débarrassé de la présence un peu trop écrasante de la fameuse nostalgie de l'âge d'or, on passe tout de même un bon moment au travers de 2 heures de cinéma HK nouvelle génération mené à bon rythme qui, s'il ne convaint pas pleinement, laisse espérer quelques belles choses pour le futur. Mais à sa nouvelle manière, pas à l'ancienne.

24 septembre 2004
par François




Bonne intrigue et scènes spectaculaires

Ce 5ème épisode de la série des police Story était attendu, et heureuse surprise, il est soigné et très plaisant. Soigné tout d’abord du point de vue de l’intrigue et de ce gang générationnel original, composé de jeunes et riches rentiers passionnés d’informatique qui s’ennuient tellement qu’ils décident de jouer un peu avec les nerfs du meilleur flic local à coup de stratagèmes longuement pensés et de morts en série. Violents, insensibles à tout humanisme, ils vont donner du fil à retordre à un Jackie Chan toujours en forme dont les cascades, comme toujours spectaculaires, sont rehaussées par l’âge certain qu’il affiche (50 ans tout de même). Réalisé avec efficacité, sans temps morts et sans concessions vis-à-vis des scènes chocs qui font monter la tension (l’image de ces 9 agents de police suspendus comme des saucissons n’est pas prête d’être oubliée), New Police Story marque un nouveau souffle bienvenu dans le film d’action en penchant vers le divertissement le plus radical… on en redemande !



05 mars 2006
par Ghost Dog




La fin d'une époque

Vouloir donner une suite à la série des Police Story était surement un pari impossible à réussir. Impossible car en presque 20 années, les choses ont changées. Jackie Chan lui même pour commencer, le poids des ans se ressent sur l'intensité des cascades, comme dès lors ne pas décevoir les amateurs de la série, que substituer à l'action manquante? La comédie ? Eh bien non, car les grimaces de Jackie au fil des ans ont fini par user les spectateurs. Benny Chan a choisi la voie la plus simple, il a reprit quelques idées de Gen X Cops, a soulager Jackie en confiant le rôle du clown à Nicholas Tse et lançant tout cela sur la base d'un scénario dont la logique n'est pas le point fort, obtient .... ça, New Police Story. Le film est très hétérogène, il y a bien sur quelques bonnes choses, à commencer par la prestation de Nicholas Tse, mais il manque de la densité au film, même les meilleurs passages font un peu pièce-rapportée. Ce n'est pas le traitement des personnages qui arrange quoi que ce soit à cette impression, il suffit de voir comme le pauvre Daniel Wu est coincé dans un personnage dont la psychologie est aussi développée que celle d'une marionnette. D'ailleurs l'incohérence scénaristique n'attend pas plus de dix minutes pour s'installer avec cet envoi de 8 hommes des forces spéciales pour arrêter les meutriers d'un dizaine de policiers. Mais il fallait cela pour justifier la suite du film alors on ne va pas s'arrêter à si peu... Malheureusement cela révèle un peu l'esprit dans lequel a été tourné ce film: autour de Jackie, pour Jackie, mais malheureusement il semble qu'aujourd'hui il ne lui soit plus possible d'endosser un film comme il le faisait par le passé. Alors il aurait fallu soigner les à-cotés M. Benny Chan plutôt que d'essayer de faire du replatrage sur quelque chose qui ne tient pas debout. Dommage donc d'avoir à la vue de ce film ce sentiment de gachis. Pourtant le film par lui-même n'est pas si mauvais, simplement moyen, mais la déception est là...

27 décembre 2004
par jeffy




Passé présent

Oublier le titre. Oublier ce bus en forme de clin d'oeil aux Police Story. Tenter de juger ce New Police Story sans avoir le passé du cinéma de Hong Kong dans le rétroviseur. Et puis finalement se raviser. C'est en effet si tentant de mesurer ce que la série a gagné et perdu en devenant new.

Les scènes d'action font en effet bien moins cheap que pendant l'âge d'or et le film a une photographie digne de ce nom. On peut aussi saluer le fait que la plupart du temps ce volet ne tente pas de se mettre en compétition directe avec les meilleurs épisodes de la série précédente. De ce point de vue, le film lorgne plus vers le polar d'action spectaculaire que le kung fu urbain. Il tente également de donner un peu de consistance au personnage de l'inspecteur Chan avec quelques passages dramatiques. Cette tentative de Jackie Chan de se remettre en cause en faisant un vrai rôle de composition est assez courageuse. Surtout quand on se rappelle que le débarquement de Kirk Wong du tournage de Crime Story trouvait son origine dans sa volonté de faire ressortir une face de Jackie différente de celle appréciée par le grand public. Du reste, sans offrir de prestation extraordinaire, Jackie Chan est plutôt convaincant dans le registre dramatique. On ne saurait par contre en dire autant de ses passages "alcoolisés" où il peine à convaincre en surjouant mal.

Au crédit du film, on peut mettre aussi quelques scènes d'action suffisamment réussies : les combats contre Andy On, la spectaculaire scène du bus. Et quelques scènes d'action correctes -la première scène d'action- ou inégales -la scène d'action finale-. Le savoir faire HK en matière d'action ne semble heureusement pas avoir été totalement détruit par la rétrocession. Quant à Nicholas Tse, il est potable sauf lorsqu'il lance des encouragements agaçants à Jackie. Le score fait par contre regretter le fameux thème de Police Story. Certes moins cheap là encore, il demeure quelconque dans les scènes d'action. Et il sombre dans un pompiérisme atroce lorsqu'il s'agit de souligner le caractère dramatique de certaines scènes, allant jusqu'à saboter certains passages intimistes à force de mièvrerie. Si la mise en scène des Police Story n'avait pas de défauts majeurs sans être transcendante, celle de ce New Police Story oscille entre le correct mais efficace et le tape à l'oeil. Lors de la scène d'ouverture, les cadrages trop rapprochés sur un Jackie saoul et la caméra qui se rapproche de Jackie de très loin en relèvent, leur combinaison avec un score pompier n'arrangeant rien. Lors la scène où les bad guys sont sur l'immeuble avant le casse, la réalisation poursuit la voie de la virtuosité frimeuse tandis que la suite du film ne sera pas exempte de quelques accélérations clippeuses. Au rayon "tape à l'oreille", on a ces effets sonores du type « décolle papiers-peint » des plus agaçants. Le reste du temps, la mise en scène est assez correcte pour ne pas couler les meilleures scènes d'action du film.

Venons-en aux limites scénaristiques de la chose. Certes, les scénarios des Police Story tenaient souvent sur un ticket de métro. Mais ils transformaient cette faiblesse en force en déployant un feu d'artifice de comédie et d'action. De ce point de vue, le reproche d'écriture au marteau piqueur des personnages des bad guys pourrait ne pas être un défaut en soi. Sauf que les braqueurs rappellent par leur attitude jusquauboutiste et leur cruauté dans l'exécution du jeu du chat et de la souris avec Chan ceux de Killing Zoé. Cette dernière référence se fait d'ailleurs des plus évidentes dès le début du film au vu des masques des braqueurs quasi-identiques à ce dernier film. Il aurait fallu un minimum de développement scénaristique pour rendre crédibles des personnages censés être un peu plus que le premier bad guy de blockbuster d'action US venu. Là, ils sont réduits au cliché des gamins de la jeunesse dorée sans repères et mordus de jeux vidéo. Surtout qu'en plus de manquer de charisme les acteurs les incarnant surjouent mal, reprenant ainsi les travers de la direction d'acteurs du film d'Avary. On pourrait aussi reprocher au scénario un flash back final explicatif inutile à ce stade du récit et des passages comiques qui ne font pas rire. On a également quelques personnages gadgets semblant juste là pour que EMG place ses poulains. Quant au mélange drame/action/comédie du scénario, il ne prend pas totalement pour cause de réussite inégale déjà mentionnée de chacune des parties. Et le film est moins inégal dans sa seconde partie plus axée action.

A l'instar d'un Infernal Affairs dont le succès lui a permis d'exister, New Police Story voudrait mélanger passé glorieux et présent du cinéma de genre hongkongais. Du premier, le film contient Jackie Chan, un service minimum de savoir faire HK en matière d'action ainsi que les références mentionnées aux Police Story originaux. Du second, il comporte une bonne facture technique, des vélléités inabouties de plus soigner l'écriture scénaristique et une jeune garde d'acteurs HK qui a du mal à faire oublier sa devancière. On se souvient qu'après la fin de son âge d'or seventies le cinéma américain avait su se ressourcer en regardant en arrière dans son histoire. On verra si en s'appuyant en partie sur son passé le cinéma de genre hongkongais arrive à trouver un second souffle sur le long terme. Et si son retour au premier plan est un peu plus qu'une conséquence heureuse du succès des Infernal Affairs. En attendant, New Police Story laisse une impression globale mitigée. D'un côté un film qui contient assez de bonnes scènes d'action pour qu'on ne regarde pas sa montre durant les deux heures du visionnage, de l'autre des défauts trop pénalisants pour en faire plus qu'un polar d'action moyen. Mais pas de quoi bouder pour autant notre (petit) plaisir en attendant la suite...



17 décembre 2004
par Ordell Robbie




Jackie au Crépuscule Magnifique

En Achetant ce film tant attendu, je me suis demandé si ça allait vraiment être une suite de police story ou une autre sombre m$!!! come Shangaî kid ou autres ... . Le Coffret Dvd Joy Sales est une pure merveille, ils ont mis le paquet (pistolet miniature, porte photo, calendrier) ! Enfin, tous ceci est accessoire voir aguicheur. Dix minutes après le début du film, je me suis demandé si c'était bien Jackie Chan ! Surtout la scène du Piège (Stop Spoiler) qui est vraiment une grande scène de cinéma. Comme beaucoup l'ont déjà exposé, ce film est une sorte de renouveau du cinéma HK avec un Jackie Chan au sommet dans ce role de flic anéanti. La grande force du film c'est d'avoir su imposer le charisme du Vétéran avec la Fougue de la jeunesse HK. Nicholas TSE et Charlene Choi sont vraiment géniaux. Benny Chan a réalisé ici un pur Chef d'Oeuvre que l'on est pas prêt d'oublier. Les cinéastes occidentaux devrait en prendre de la graine (N'est ce pas M. Besson !). Courez l'Achetez (Chez Musica de préférence, le service est vraiment top !)

30 décembre 2004
par Sid


achat
info
actions
plus