ma note
-/5

moyenne
3.33/5

Dynamique dragon contre boxeurs Chinois

nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 1nombre de notes: 2nombre de notes: 8nombre de notes: 1nombre de notes: 0

les avis de Cinemasie

2 critiques: 3.62/5

vos avis

10 critiques: 3.42/5

visiteurnote
Hellrick 4.25
jeff_strike 3.5
Jérémy 3.75
k-chan 3.75
le singe 3.5
Manolo 3
Phildu62 3.5
pomme de pin 3.5
Sauzer 3
Scalp 2.5


classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement

Une des 1eres apparitions de Jackie, Samo qui se la joue Bruce Lee, ce petit rip-off de la Fureur de Vaincre se laisse regarder avec plaisir.

30 novembre 2016
par Jérémy


3 Chinese Boxers pour un Fist of Fury goût kimchi

L'histoire

De retour chez eux après 5 années d'études martiales et philosophiques en Corée, 3 jeunes chinois idéalistes se retrouvent confrontés à une école japonaise qui tente de dicter violemment sa loi sur le village, mettant à rude épreuve l'enseignement de paix qu'ils ont reçu.

Le film


A la base, le scénario est des plus classiques et surfe allègrement sur le thème lancé à la Shaw Brothers dés 1970 par Jimmy Wang Yu avec son "Chinese Boxer", repris cette même année 1972 avec le succès que l'on sait par l'emblématique "Jing Wu Men"/"Fist of Fury" de Lo Wei à la Golden Harvest (voir aussi par exemple le "Thunderbolt Fist" sorti quelques mois plus tard par la Shaw Brothers) : de vilains japonais embêtent de braves et paisibles chinois jusqu'au retour d'un héros qui va devoir faire violence à sa philosophie afin de régler leur compte aux méchants. Seulement, le scénario (dû à un certain Hoh Yan, mais sur lequel Huang Feng, scénariste à la base, a probablement eut son mot à dire) a la bonne idée de placer la partie apprentissage en dehors de Chine et surtout de multiplier par trois le rôle du héros, nous donnant ainsi à voir ce furieux dilemne à travers trois caractères différents. Du coup, on a droit a un récit d'autant plus riche et rythmé qu'il n'est pas centré sur un unique personnage. Par ailleurs, pour simple qu'il soit et malgré son trio de star à l'affiche, le film a la grande honnêteté de laisser le "mot de la fin" à l'art martial coréen du titre dans son combat final, ce qui a pour tendance d'atténuer très fortement le coté nationaliste inhérent à ce genre de récits. Coté combats, c'est la même richesse née du mélange des origines, chacun y allant de son style et de ses particularités, avec une Angela Mao voltigeante (il vaut mieux ça que de la voir en corps à corps...), un Samo Hung samo-hungesque (et maître de ballet) et un Carter Wong qui karatékate de tous ses bras, tant qu'il peut (là, y'a une astuce... pour ceux qui verront le film). Et il ne faut pas oublier les gentils amis coréens dont en particulier Ji Han Jae (un authentique maître en hapkido) et Wang In Sik (l'élève du précédent) non plus que les méchants japonais qui tiennent leurs rôles de façon consistante.

Au rayon "Fan de"...


Pour l'amateur cinéphile du genre (aheum... aheum...), "Hap Ki Do" est plein de petits détails "importants" qui lui donnent une valeur supplémentaire. En vrac : une Miss Angela Mao au sommet de sa forme (c'est quand-même elle, la "Lady Kung Fu", titre alternatif du film), un Carter Wong dans son premier film, un Samo Hung dans ses débuts de héros et, de façon furtive (quasi virtuelle, pour ainsi dire), trois autres petites fortunes avant leurs débuts (ils font les cascadeurs mais 'faut avoir l'oeuil pour les voir).

Et puis aussi, pour les amateurs praticiens, il ne doit pas y avoir beaucoup d'autres films (hors Corée) qui causent de Hap Ki Do, avec démonstrations à l'appui par Ji Han Jae himself (le fondateur du "Sin Moo Hap Ki Do", hé, quand même !...). Un gage de respect des pratiques martiales authentiques qui se confirmera dans la suite de la filmo "old-school" de notre ami Samo avec des perles telles que "Warriors Two" en 1978 pour le wing-chun.

Verdict


Au final, ce "Hap Ki Do" se montre un film honnête et efficace, simple mais bien écrit et bien montré, comme cela semble être l'usage chez Huang Feng. De quoi se faire plaisir honnêtement et sans complication avec cet authentique classique du genre.

27 août 2004
par le singe


plaisant début de Samo

Je n'ajouterai rien au bon commentaire émis par " le singe", les combats sont bien maitrisés, les personnages-décors-histoire restent très superficiels,mais on ne s'ennuie jamais.

19 mai 2005
par Sauzer


achat
info
actions
plus
  • liens
  • série/remake
  • box office
  • récompenses
  • répliques
  • photos
  • bande annonce
  • extrait audio