ma note
-/5

moyenne
3.23/5

La Fureur du Revenant

nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 2nombre de notes: 0nombre de notes: 3nombre de notes: 4nombre de notes: 3nombre de notes: 2nombre de notes: 2

les avis de Cinemasie

3 critiques: 3.58/5

vos avis

13 critiques: 3.19/5



Anel 3.5
drélium 2.75 tout juste sympathique mais assez anecdotique.
Ryoga 4.5 Samo Hung voit des fantômes partout et nous on en redemande
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


tout juste sympathique mais assez anecdotique.

Ghost comédie de Wu Ma (ç'est peut-être lui le bug d'ailleurs) qui sentait bon la perle délaissée. Et bien non, au final déception indéniable malgré une bonne tenue dans son style. La fureur du Revenant s'adresse vraiment au gros fan de ghost comédie, de Sammo et de Lam Ching Ying qui en veulent. Vous me direz, ces trois critères sont bien suffisants pour faire une perle mais le résultat est largement en dessous de toute espérance. Premier point primordial, 98% de comédie et deux fights à tout casser, déjà ça fait mal. Pour le reste, une histoire de fantômes bien dans la veine du genre, trop même, des trips collés bout à bout avec une énergie toujours bien là elle, un Sammo qui se déguise en mannequin et qui le fait très bien, Lam Ching Ying reprend son personnage le plus légendaire de sifu taoïste version sénile. Il y a de quoi passer un moment qui a son charme pour l'amateur, ç'est indéniable, mais le problème, ç'est qu'il n'y a que du petit trip comique et que la sauce manque de piment dans beaucoup de domaines. L'histoire est vue, le fil rouge revu, la trame comique rerevue. Une impression de statisme persistant envahit doucement le tout. Que ce soit les deux maisons, seuls décors du film, Sammo et Lam Ching Ying qui font se qu'ils peuvent sans sortir l'originalité salvatrice de leur personnage, en particulier Samo qui joue l'éternel bon gars roulé dans la farine. On y retrouve aussi pas mal de gags déjà éculés repris avec une petite touche pour différer un chouilla mais qui ne révolutionnent rien. Le quiprocos du gars qui est mort et que personne ne voit sauf Sammo, le coup du Sammo mannequin qui reste immobile malgré un gamin qui lui met le feu aux fesses, le sifu sénile qui a le dos en compote lorsqu'il fait ses incantations, la possession de corps qui ne donne pas grand chose, etc.

Bref, inutile de s'étaler, beaucoup de déjà vu et une miette de combat, il n'en faut pas plus pour décevoir. Restent quand même une ambiance toute particulière au genre qui est toujours là, la fameuse image de Sammo grimé, une version toute personnelle du mime marceau, Lam Ching Ying en vieux papy ridiculement maquillé, une apparition finale d'esprits mafaisants genre E.T. du pauvre, un trip rapide d'un sifu (Chin Yuet Sang) qui fume son pétard (!!). Chung Fat et sa compagne en sainte (plutôt jolie, mais qui est-ce ?) sont deux personnages manipulateurs à peine effleurés et le fantôme du jour, Wu Ma lui-même avec un faux nez en patate, est sympathique mais s'enferme dans le déjà vu. Rien de vraiment mauvais dans cette réalisation pourtant, mais un manque de rythme certain et une banalité assez envahissante et dérangeante pour un genre qui se veut habituellement si dérangé. Return of the demon est certainement bien plus mauvais mais il a au moins le mérite d'être bien plus déjanté. Décidément, Wu Ma s'avère un spécialiste des films de seconde zone qui s'annonce fou et reste finalement dans une normalité somniphère.

11 avril 2005
par drélium




Samo Hung voit des fantômes partout et nous on en redemande

Tourné trois ans après l'Exorciste Chinois, La Fureur du Revenant permet à Samo Hung de continuer à explorer l'univers de la Ghost Kung Fu Comedy, tout en se démarquant sensiblement de son film précédent, puisque ici les gyonshis et autres zombies laissent la place à une histoire mettant en scène des fantômes. La première moitié du film enchaîne les situations comiques, celles-ci tournant principalement autour du personnage de Wu Ma qui se fait passer pour mort afin de toucher un héritage. Et jouer au cadavre n'est pas simple, surtout quand son meilleur ami (Samo Hung) veut pratiquer sur lui une autopsie pour découvrir les causes de son décès, ou lorsqu'un voleur cherche à lui arracher ses dents en or lors d'une scène tout simplement géniale.

Quant aux allusions aux fantômes ou au surnaturel, elles sont dans cette première partie surtout un prétexte pour faire rire. La scène d'ouverture (qui rappelle celle de l'Exorciste Chinois) montre un revenant tuant sa femme et son amant mais ne s'avère être qu'un rêve. Puis Wu Ma fait croire à Samo Hung qu'il est devenu un fantôme pour qu'il ne s'intéresse plus à la cause de son décès. Même les prêtres qui normalement s'opposent aux forces surnaturelles n'ont pas l'air très efficaces, Lam Ching-Ying incarnant un fat si vieillissant qui doit être porté par ses assistants lors des cérémonies. La deuxième partie du film est par contre complètement folle et baigne totalement dans le fantastique puisqu'on va avoir droit entre autres choses au fantôme de Wu Ma (bien mort ce coup ci) qui va revenir pour se venger et qui va avec l'aide de Lam Ching Ying prendre temporairement possession du corps de Samo Hung (qui adopte alors toutes les mimiques et les attitudes de Wu Ma). Mais n'arrivant pas à ramener le corps avant le lever du soleil, Samo meurt à son tour. Pour qu'il revienne à la vie, sa fiancée (Cherie Chung) va devoir veiller son corps durant plusieurs jours et affronter les gardiens de l'enfer (qui ressemblent à un croisement entre E.T. et Casimir et qui peuvent se transformer en ectoplasmes volant) pour que ces derniers ne prennent pas possession de l'âme du défunt.

La Fureur du Revenant est une excellente comédie de fantôme très bien réalisée qui nous permet d'apprécier une fois encore tout le talent de Samo Hung aussi bien dans la comédie que dans les combats où l'on peut admirer son incroyable souplesse lors de quelques cascades spectaculaires. Wu Ma n'a rien à lui envier et joue son rôle à la perfection. Rajoutez à cela une deuxième partie délirante à souhait, et vous obtenez au final un film unique que l'on ne peut que conseiller vivement.



22 octobre 2000
par Ryoga


achat
info
actions
plus