Les Venoms

Entre 1977 et 1982, Chang Cheh réalise 14 films avec 5 acteurs / artistes martiaux dénommés depuis les Venoms. Les 5 Venoms sont Lo Meng, Lu Feng, Sun Chien, Chiang Sheng et Philip Kwok, presque tous taiwanais issus de l’opéra et recrutés pour Shaolin Temple. Leur premier film ensemble fut Chinatown kid en 1977 et leur dernier House of traps en 1982. Leur surnom ne vint qu’à partir du film «Five deadly Venoms aka Les 5 venins mortels qui les rendit célèbres au niveau international. A défaut d’être de très grands acteurs, ils sont surtout des maîtres du kung fu qui ont su concurrencer le grand Liu Chia Liang et son élève Gordon Liu grâce à leur grande maîtrise des arts martiaux mais aussi à leur spécificité.

Lo Meng pour les poings
Sun Chien pour les jambes
Chiang Sheng pour les acrobaties
Lu Feng pour les armes
Kuo Chui pour l’ensemble


En outre, leurs films différent sensiblement de ceux de Liu Chia Liang puisque les kung fus shaolin de Chang Cheh ne sont que très succintement la démonstration pédagogique, respectueuse et pacifique prônée par Liu Chia Liang mais plutôt un étalage de kung fu mortel, arme définitive qui tue aisément d’une seule frappe et fait gicler le sang par hectolitre.

Après House of traps en 1982 et la fermeture de la Shaw en 1985, leur avenir cinématographique fut vite cellé. Seul Kuo Chui parvint à poursuivre une carrière bien remplie aussi bien devant que derrière la caméra en tant que chorégraphe. Aujourd’hui déïfié à outrance outre-atlantique, les Venoms laisse une poignée de kung-fus uniques à l’ambiance follement kitsch que tout amateur d’arts martiaux se doit de visionner.



Les 5 Venoms, moteur principal de la nouvelle vague de kung fu shaolin voulue par Chang Cheh, ne sont pas seuls. D’autres participent largement à ces films et font aussi partis de la « bande à Chang » de l’époque. Citons principalement :

Wei Pai, le serpent, Venom N°2 dans Five venoms, qui ne participa pas aussi régulièrement aux moutures suivantes, peut-être à cause de son niveau martial moins élevé mais surtout à cause de sa transparence à l’écran qui se révèle pleinement dans La dernière chevalerie de John Woo.

Chen Tien Chi, Taiwanais d’origine, mauvais acteur assurément, qui arrive plus tard et livrera sa plus belle performance martiale en 1983 dans Super Ninjas.

Robert Tai, grand ami de Chiang Sheng, qui préfèrera rester derrière la caméra et s’occuper des chorégraphies avant de repartir pour Taiwan et nous pondre ses kung fu Z atomiques dont le mirifique Ninja final duel.

Wong Lung Wei, gros villain méchant, réponse de la Shaw à l’ascension de Hwang Jang Lee, qui a joué dans plus de 40 productions Shaw, notamment Shaolin temple et The master.

Et encore Chu Ker, Wang Lee, Yu Tai Ping, Lau Shi Kwong, Sun Shao Pei, Tam Jun Tao et Yang Shung, excellente brute épaisse. D’autres spécialistes des rôles de méchants participèrent aussi à ce dernier élan de kung fu old school dont Yasuaki Kurata, Fung Hak On, Dick Wei dont les portraits ne sauraient tardés.

Afin de mieux découvrir le parcours des Venoms, voici un article, traduit pour votre plaisir, paru dans Eastern Heroes édition spéciale N°3, écrit par Toby Russel, ami des Venoms et grand promotteur du kung-fu : Les Venoms par Toby Russel.



Portrait des 5 Venoms
Kuo Chui
Chiang Sheng
Lu Feng
Lo Meng
Sun Chien
Les Venoms
Article de Toby Russel paru dans Eastern Heroes edition spécial n°3 en 1996

La longue attente de la sortie de Five Venoms le mois dernier en video a causé une grande excitation dans le monde des arts martiaux et relève très haut le niveau standard des videos de kung fu. Il est inévitable que le cast dans son ensemble connu sous le nom de Venoms, va attirer un public plus large que jamais alors que ces films sortent de l’underground pour se diriger vers le Mainstream.

Les Venoms sont les enfants de leur mentor et auto proclamé grand père, Chang Cheh, qui les a dirigé dans 90% de leurs films. En 1976, lors d’un repérage à Taiwan pour tourner Naval Commando, 7 man army et New shaolin boxer, chang cheh remarque le talent d’un demi douzaine de cascadeurs. Il offre à ces jeunes gens l'opportunité de venir à Hong Kong avec lui et de signer un contrat de 3 ans avec la Shaw Brothers. La chance de vivre dans la baie ensoleillée aux eaux limpides est naturellement beaucoup plus attirante que la grisaille et le brouillard de Tai Pei. Les jeunes hommes décollent alors pour Hong Kong et les studios de la Shaw Brothers. Il s’agit de Kuo Chui, Chiang Sheng, Lu Feng, Robert Tai, Yu Tai Ping et Sun Shao Pei. Ils seront plus tard rejoints par Sun Chien et Yang Shung.

Dès leur arrivée, l’équipe est assignée à une production gargantuesque, Shaolin Temple, avec Alexander Fu Sheng en vedette. Puis vient Chinatown Kid ; life gamble et Heaven and Hell. Impressionné par les talents d’acteur de sa nouvelle troupe, Chang Cheh demande à Ngai Hong d’écrire un scénario pour eux. Il est ensuite modifié par le maître de Wing Chun Dr Leung Ting, alors responsable des arts martiaux pour Chang Cheh. Il suggère de s’éloigner du script traditionnel de kung fu en y ajoutant plus de mystère et divers rebondissements. Chang Cheh n’est pas convaincu plus que çela par l’idée, mais Leung Ting, Robert Tai et surtout Ngai Hong lui-même le persuadent d’utiliser ce script qui devient Five Deadly Venoms en 1978.

Le film fait un carton et le nom des Venoms émerge alors, mais seulement en tant qu’entité de groupe. Individuellement, ils ne sont rien. S’en suit une série de hits : Invincible shaolin, Mortal combat, Kid with the golden arm, Shaolin rescuers et Daredevils. Les producteurs Chu Lam et Mona Fong sont très contents de la vitesse à laquelle ces taiwanais travaillent. A force de produire en série des films de qualité, des mémos sont envoyés à Liu Chia Liang pour lui conseiller de pondre plus rapidement ses idées. Ces types réalisent 4 films pendant qu’il n’en fait qu’un ! Ces remarques excèdent Liu et une guéguerre entre les deux groupes voit le jour. Selon Robert Tai, Les Venoms en sont les gagnants.

C’est alors qu’un changement a lieu dans ce même camp. Robert Tai, l’esprit derrière les scènes de combats, commence à se lasser de la Shaw Brothers. Pour couronner le tout, Lam Tien Hung lui propose un contrat très lucratif pour travailler sur Incredible Kung fu mission et Thundering mantis. Le poste de responsable principal des scènes d’action devient vacant, et des querelles éclatent entre Lu Feng et Kuo Chui qui prennent des mois à se résorber.

En 1980, deux nouvelles têtes sont introduites dans l’équipe des Venoms, Chu Ker et Ching Tin Chee. Ils se séparent en 1983 mais continuent à jouer ensemble dans des films à taiwan : Ninja in the deadly trap, Attack of the joyful goddess et fighting among the supers. Tristement, en 1991, Chiang Sheng décède d’une crise cardiaque. Il avait toujours été le plus joyeux, le plus positif doublé d’un esprit affûté, probablement le seul acteur que j’ai rencontré, Taiwan et Hong Kong réunis, qui ne prête vraiment aucune attention à ce que pensent les autres de lui. Le mot défaite n’était pas dans son vocabulaire et c’était une personne totalement authentique.

Pendant ses derniers mois, j’ai eu la chance de jouer avec Chiang Sheng dans une série télé, et il était objectivement en très mauvaise santé. Peu de temps après, j’étais à Hong Kong avec Robert Tai quand il reçut un appel de Kuo Chui qui disait que Ching Tin Chee avait découvert Chiang mort dans son appartement. Plus tard dans l’après-midi, Robert et moi avons été voir Chang Cheh pour lui annoncer la nouvelle. Robert écrivit sur un bout de papier vu que l’ouïe de Chang n’était pas au mieux. A la lecture du message, Chang regarda en l’air et haussa les épaules, secoua la tête, murmura quelque chose à lui même et continua à boire son café. Plus tard, Robert m’expliqua que Chang Cheh devait était en fait très touché maintenant que ses deux fils favoris, Chiang Sheng et Fu Sheng, n’étaient plus.


Traduction : drélium

date
  • March 2004
credits
Series


community